jeudi 15 décembre 2016

Mes collatéraux du 19ème siècle disent merci à FILAE

Depuis le 5 décembre, comme nombre de généalogistes, j'ai profité de l'accès gratuit à FILAE (ex Généalogie.com) pour compléter les "trous" de ma généalogie.



Ces "trous" n'étant que collatéraux puisqu'aucun acte d'Etat Civil de mes ancêtres ne me manquent pour le XIXe siècle, hormis le décès de mon aïeul André PATEAU, sosa 74, dont je vous ai parlé dans le billet "les divorcés de l'an XII".

Grâce à FILAE j'ai donc pu retrouver la trace de collatéraux jusque là introuvable.

Sur mon billet intitulé "mes épines collatérales" j'avais mis en avant mes 4 épines collatérales existantes encore pour les 5ème et 6ème générations, avec FILAE je pensais pouvoir résoudre les deux plus anciennes : MARTINEAU Louis Pierre et BIRON Baptiste Pierre, malheureusement, pour le premier beaucoup trop d'homonymes pour pouvoir faire une recherche et pour le second aucun décès retrouvé non plus ...

Alors je me suis lancé sur la génération précédente, la 7ème, sachant que mes ancêtres de cette génération là ont enfanté de 1775 à 1825 pour le côté paternel et de 1779 à 1853 pour le côté maternel. Ayant encore de quelques collatéraux de cette génération là sans autre acte que celui de leur naissance.

Voici donc les collatéraux pour lesquels j'ai retrouvé trace, soit simplement le décès ou plus encore de leur mariage à leur décès.

  • BOURON Charles Joseph
    • fils du second mariage de BRIAND Louise (1776+1814) sosa 75.
    • né le 16 décembre 1811 à Commequiers (85).
Jusque lors je savais que Charles avait épousé ANGIBAUD Louise (née en 1812) en 1837 à St Christophe du Ligneron (85), commune natale de Louise où Charles était domestique. J'avais consulté les TD jusqu'en 1892 sans aucun succès pour retrouver son décès ainsi que celui de son épouse.

Avec FILAE, j'ai retrouvé Charles tout simplement sur la commune voisine à Challans, où il décède prématurément le 13 mars 1846 à 34 ans ! Sa veuve, quant à elle, décède de nombreuses années après le 20 juin 1889 sur une autre commune voisine, Bois de Cené.

  • BIRON Rose Félicité
    • fille de Jacques (1732+1795) et de RANSIN Rose (1750+1806), sosas 88-89.
    • née le 2 février 1789 à St Hilaire de Riez (85)
La dernière trace de Rose datait de la déclaration de succession de sa mère en 1807, elle avait alors 18 ans et vivait chez sa soeur aînée à St Jean de Monts, commune voisine.

FILAE me donne le mariage de Rose en date du 20 septembre 1815 sur la commune de St Gilles sur Vie, autre commune limitrophe. Ce jour là elle épouse JOUSSELAIN Olivier, un militaire de 40 ans natif du Maine et Loire. Ensuite, là c'est certain que je n'aurai pas trouvé seul son décès, puisque Rose meurt à Paris !! Elle y décède le 20 janvier 1871 dans le 10ème chez sa fille !!
Si loin de sa Vendée natale, il m'aurait fallu un temps certains pour la retrouver ....

  • CHARIER Marie-Anne
    • fille du premier mariage de THIBODEAU Elisabeth (1757+1806), sosa 97.
    • née le 1er janvier 1781 à la Ronde (17)
Comme pour la précédente, la dernière trace de Marie-Anne datait de la déclaration de succession de son beau père en 1812, où elle est citée mais aucune mention de domicile ni d'union.

FILAE me donne le mariage de Marie-Anne sur la commune de Nuaillé d'Aunis (17) en date du 31 octobre 1803, avec AUDRU Barthélémy un postillon de 34 ans natif de la Vienne. Ayant vécu toute leur vie à Nuaillé, je trouve facilement le décès de Marie-Anne le 3 avril 1857, trois ans après celui de son mari.

  • MITTARD  Anne
    • fille de François (1796+1866) et de GAUTRON Jeanne (1797+1884), sosas 102-103.
    • née le 8 avril 1827 à Liez (85)
    • mariée dans cette même commune en février 1849 avec GAUTRON François (1821+1871). 

Après son veuvage, la dernière trace d' Anne est celle du recensement de population de 1872, là elle vit toujours à Liez avec ses enfants Eugène 21 ans et Augustine 11 ans. Pour celui de 1876, plus aucune trace d'Anne sur la commune de Liez,

FILAE trouve la trace d'Anne à quelques kilomètres de là, sur le département limitrophe des Deux-Sèvres sur la commune de Coulon, où elle décède chez sa fille le 2 juin 1893. Son gendre déclare son décès.

Voilà ce qui l'en est pour la 7ème génération, j'ai bien sur aussi complété les collatéraux avec quelques mariages et surtout des décès pour les générations 8 et 9 ...

Avec l'entrée de ces nouvelles informations, il ne me reste plus sur ma 7ème génération que 10 collatéraux sur 172 sans devenir après leur naissance ou la succession des parents ...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire