vendredi 12 août 2016

La vie d'une maison à travers une famille

Il y a plus d'un an, je vous ai conté dans un début de bio la première partie de la vie de mon aïeule néné "LU", JOURNOLLEAU Marie (sosa n° 61 à la 6ème génération), et dans ce billet, j'ai fais mention de la maison qu'elle et son mari MARTIN Alexandre avaient fait bâtir en 1870 sur un terrain acquis dans les marais de la commune de Saint Sigismond dans le marais poitevin, quelques années après leur mariage.

Ce week-end, au détour d'une balade en famille dans "mon" cher marais poitevin, alors que je le faisais découvrir avec ma mère à ma nièce trentenaire de Bordeaux, ainsi qu'à ses deux enfants, j'ai enfin pris en photo ladite maison.



Cette maison devant laquelle je suis passé d'innombrables fois, en vélo, en vélomoteur puis en voiture, depuis le début de mes recherches à la fin des années 80 et pourtant je n'avais jamais pris le temps ou eu l'opportunité de la prendre en photo.


Cette maison, qui est isolée sur un bord de chemin de halage de la vieille Autise, entre le village très proche de la Garenne de la commune voisine de Sainte Christine et le bourg de la commune de Saint Sigismond, fait partie de "mon" patrimoine généalogique et c'est donc pourquoi, j'ai aujourd'hui envie de vous en parler à travers ses occupants, mes aïeux et collatéraux, durant la cinquantaine d'années que "ma" néné "LU" en fut propriétaire.

La vie de la maison s'écoule sur 7 périodes, depuis la construction de la maison en 1870 jusqu'aux dernières années de sa propriétaire peu avant le début des années 1920, durant lesquelles plusieurs membres de la famille de néné "LU" y vivront. 

Je vous invite donc à parcourir avec moi tout d'abord l'environnement familiale de néné "LU", l'arbre généalogique vous permettra de mieux comprendre la suite (n'apparaissent pas sur cette arbre les deux soeurs de Marie qui n'ont aucun lien avec ladite maison) :



Le décor étant a peu près planté, nous allons découvrir les 7 périodes de la maison.

A SUIVRE ...


1 commentaire:

  1. Un beau début qui donne envie de découvrir la suite. On sent combien cette maison est chère à ta mémoire, c'est touchant de la raconter avec ce ton si personnel. C'est pour cela que j'apprécie ce récit qui dégage tant de sensibilité.

    RépondreSupprimer