vendredi 9 novembre 2018

H comme Hilaire

Aujourd'hui, pour le ChallengeAZ 2018, c'est H comme Hilaire.

Mais de quel(les) Hilaire fais je vous parler ?

Dans mon ascendance directe, une quinzaine d'Hilaire, homme ou femme, mais c'est une Hilaire en particulier que je vais évoquer : Hilaire BOURGOUIN (divers orthographe BOURGOIN-BOURGOEN-BOURGUEN ...). Mais je devrais d'ailleurs plutôt dire Hylairette, vraisemblablement son prénom au quotidien, même si cette dénomination sur les actes arrive tardivement dans sa vie. Hylairette était une fille du marais poitevin, entre Vendée et Charente-Maritime aujourd'hui, mais à la limite sud du Bas-Poitou à son époque.


J'ai rencontré Hylairette et son mari, André BOUCHET, mes sosa 384 & 385, pour la première fois en 1990, lors de mon second été généalogique dans le marais poitevin.

Au fil des années, j'ai pu reconstituer sa famille.

Elle est décédée en 1760 sur la paroisse de Maillé à environ 80 ans. Son époux était décédé depuis 1755 mais sur la paroisse voisine de Damvix. En effet, Hylairette a du revenir vivre chez un de ses enfants à Maillé.

Acte de sépulture d'Hylairette
Entre Damvix et Maillé, j'ai fini par connaître sa famille. 

Quelques années plus tard, en changeant de département, qui alors n'existait pas, je suis tombé sur la naissance de tous ses enfants sur la paroisse de Taugon. Hylairette et André, avaient maintenant 7 enfants, 5 fils dont 4 qui se marièrent entre 1743 et 1754 à Maillé, et deux filles décédées en bas à quelques jours d'écart en 1724, à 9 ans et 15 mois.


L'aînée, Michelle, est née en 1715, mais aucun mariage retrouvé avant cette date. 

Alors les années passent et j'ai fini par me dire qu'Hylairette devait venir d'une autre paroisse, car la fratrie d'André était aussi de Taugon, 10 enfants nés entre 1680 environ et 1698. André était le 5ème, puisque né vers 1689.



Régulièrement, au fil des années, avec Internet et les nombreuses bases accessibles via Généabank, j'ai relancé la recherche du mariage d'Hylairette et André mais toujours rien en vue.

Aucun membre de la famille d'Hylairette, frère, oncle ou cousin germain, n'apparaît dans les diverses événements de sa vie, pour éventuellement contourner cette absence de mariage et donc connaître les origines d'Hylairette ...

Et puis hier, pour écrire le billet G comme Garde-ceinture du ChallengeAZ, je me suis replongé dans les registres de Taugon et quelle surprise !

Alors que je connais Hylairette depuis près de 30 ans, et que j'ai retrouvé la naissance de ses enfants à Taugon il y a une vingtaine d'années, je tombe sur une Hilaire BOURGOUIN qui donne naissance à plusieurs enfants à Jacques SAGNEAU entre 1706 et 1710 ...

Etait-ce mon Hylairette
J'explore plus attentivement cette nouvelle famille et je trouve le décès de Jacques SAGNEAU en 1711 à l'âge de 31 ans ! Cette Hilaire est donc veuve 4 ans avant que mon Hylairette met au monde le premier enfant d'André ... 
Je suis de plus en plus sûr que ces deux femmes ne sont qu'une mais il me faut une preuve ...

La nuit se passe, et ce matin, je relance la machine à voyager dans le temps et j'essaie de retrouver la trace des 3 enfants SAGNEAU : Jacques, né en 1706, Michel en 1708 et Jean en 1710.

Et bingo, en 1724, je retrouve le décès d'un Jacques SAGNEAU, âgé de 19 ans (!), fils de feu Jacques et d'Hilaire BOURGOUIN. Présent à son inhumation, André BOUCHET son beau père !!


Voilà donc, que près de 30 ans après avoir fait connaissance avec Hylairette, j'apprend aujourd'hui qu'elle avait eu un premier foyer !

Au delà de cette découverte, malheureusement aucun mariage SAGNEAU-BOURGOUIN à l'horizon ... Je n'en sais donc toujours pas plus sur l'origine d'Hylairette

Peut-être rendez-vous dans une vingtaine d'années pour la suite !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire